L’Empire d’Atlantium [Micronations]

Drapeau d'Atlantium

Drapeau d’Atlantium

Cet été la rédaction de PlumesDeCaille.Info a décidé de vous faire voyager hors des frontières de Tostaquie.
D’où l’idée d’écrire une série d’articles sur les micro nations de par le monde, qui ont comme la Tostaquie  recherché leur indépendance sans toutefois acquérir une large notoriété.
Après la Principauté de Hutt River, la Principauté de Seborga, le Royaume de Fusa, et la Principauté du Sealand l’article qui suit s’intéresse à un « état-aspirant » peuplé de rêveurs humanistes : l’Empire d’Atlantium.

Pre-Refundatio 10500-509 (1981-90)

Lors de sa fondation, le 27 Novembre 1981 l’Empire d’Atlantium ne revendiquait qu’une portion symbolique de territoire, d’environ 10m² à Narwee, dans la périphérie de Sydney.
Ses fondateurs, George Francis Cruickshank, Geoffrey John Duggan et Claire Marie Duggan sont alors tous trois âgés de 15 ans.

George Cruikshank est proclamé chef de l’état et sera connu par la suite en tant qu’Empereur George II, à ce titre doté de l’ensemble des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Le jeune « aspirant micro-état » se dote de deux langues nationales, l’anglais et le latin et d’un calendrier décimal qui situe la date de fondation au 3 Decimus 10500.
Le calendrier décimal d’Atlantium commence à la fin de la dernière période glaciaire. Il compte des années de dix mois dont la longueur alterne entre trente six et trente sept jours.
Dans un souci de simplicité le nom de chaque mois correspond à un nombre latin.

En Quartarius 10501 (soit Mai 1982 si vous ne pouvez renoncer au calendrier Grégorien) l’Empire se dote d’un drapeau qui apparaît sur les premiers timbres impériaux imprimés à la même époque. Pour une raison inexpliquée, la poste Australienne accepte sans difficulté les timbres de l’Empire qui deviennent prisés parmi les philatélistes.

Le sceau Impérial d'Atlantium

Le sceau Impérial d’Atlantium

L’empereur proclame également une constitution fondée sur le modèle de la constitution Meiji du Japon.
Conformément à cette constitution, Altantium devient une monarchie parlementaire qui se dote d’un Sénat Impérial bicaméral.
En 10501 (1982) l’Empire organise des élections à l’occasion desquelles celui qui n’était alors que le Duc impérial Geoffrey Duggan accède au titre de « premier ministre élu » de l’empire et ce jusqu’en 1986.

Le gouvernement Duggan entame des échanges diplomatiques cordiaux avec d’autres micro-nations dont la Province de Hutt River.
Seule la tentative de contact avec la Province monarchiste de Bobunga échoue, et aboutit à une déclaration de guerre de cette dernière, laquelle ne sera pas suivie d’effet.

A compter de 10504 (1985) l’Empereur entre à l’université et recrute des citoyens.
De nouvelles élections sont organisées à l’occasion desquelles Damian Scott devient le second premier ministre de l’Empire de 1986 à 1988 avant de céder sa place à Kevin Fanucchi qui assumera le titre jusqu’en 1990.

A cette période, les membres fondateurs, qui ont fini leurs études supérieures cessent progressivement de se voir.
Les élections prévues en 1990 sont annulées faute d’un nombre suffisant de participants de sorte que l’ensemble des pouvoirs sont rétrocédés à l’empereur
Atlantium aurait pu rester s’arrêter à ce stade.

 

Post-Refundatio 10518- (1999- )

Mais le 7 Quintus 10518 (2 Juin, 1999), George Cruickshank acquiert un appartement à Potts Point dans la banlieue de Sydney et décide de refonder « l’empire ».
Conscient que revendiquer l’indépendance d’un appartement de 61 m² n’est pas grand chose (il s’agit probablement de la plus petite revendication de territoire au monde !) George Cruickshank décide de donner une légitimité à l’empire au travers de ses citoyens.

A cette fin, il lance un site internet dont la vocation est d’attirer des volontaires.
Et cela fonctionne.
En Sextarius 10521(c’est à dire en Juin 2002) l’empire revendique plus de 500 citoyens.
La croissance du nombre de citoyens continue de sorte qu’en 2006 Atlantium revendique 903 « citoyens », répartis au sein de 90 pays.
Atlantium ne considère pas que ses citoyens aient vocation à renoncer à leur nationalité d’origine et reconnaît la double nationalité de l’ensemble de ses citoyens qui sont d’ailleurs encouragés à s’engager dans la vie de la cité dans leur pays d’origine.

[l’Hymne national d’Atlantium]

Bien entendu, il est difficile de savoir combien des citoyens d’Atlantium sont réellement investis dans la vie de l’empire.
Mais en 2006, environ 20 personnes assumaient des fonctions de Ministre, directeur d’administration, Magister ou Légat Impérial.

Bien qu’aucun état au monde n’ait reconnu la souveraineté d’Atlantium, ses Légats impériaux sont chargés d’assurer une représentation diplomatique dans des endroits aussi divers que les Etats-Unis d’Amérique, le Pakistan, la Pologne, le Brésil, l’Inde, l’Italie, l’Iran, Singapour, la Serbie, et la Suisse.
Ils peuvent également être chargés d’apporter leur soutien à des citoyens dans leur pays d’origine, comme le ferait un consulat.

Outre des timbres, et un hymne national, Atlantium s’est également doté d’une monnaie : le Solidus Impérial.
Des pièces (de 10 et 20 Solidi Impériaux) et des billets de banque ( de 10, 25, 50, et 100 Solidi Impériaux) sont vendus sur le site internet de l’empire qui prétend que les fonds récoltés servent à financer les charges courantes d’Atlantium et des œuvres de charité.

Billets et pièces de monnaie d'Atlantium

Billets et pièces de monnaie d’Atlantium

Au contraire de la plupart des micronations, l’Empire d’Atlantium ne délivre pas de passeport et ne fait pas commerce de ses titres de noblesse.

En réalité, l’Empire plaide pour une totale liberté de mouvement dans le monde et ne reconnaît aucun passeport.

Atlantium a par contre décerné des « Honneurs Imperiaux » à des citoyens méritants pour leur action politique ou leur investissement social dans diverses régions du monde.

Concordia

Bien que d’une nature « intrinsèquement non territoriale» l’Empire a aspiré durant des décennies à posséder son propre territoire.
Son vœu est satisfait le 12 Primus 10527 (12 Janvier 2008), date à laquelle un décret Impérial établit Concordia, une propriété acquise par l’empereur dans la province d’Aurora en tant que troisième capitale de l’Empire.

Concordia est située dans la vallée de Lachlan River, à environ 340 kilomètres au sud ouest de Sydney dans une région rurale des Galles du Sud.

Les frontières entre l’Australie et Concordia sont délimitées par une clôture.
Son territoire est de 0.76 kilomètres carrés, ce qui en comparaison représente environ deux fois la taille du Vatican !

En dépit de sa taille modeste, Atlantium a été administrativement divisée en quatre parties lors de l’acquisition d’Aurora.
Le district de Hockey représente environ la moitié de la superficie d’Atlantium.
Au sud, le district de Duggan occupe environ un tiers du territoire d’Aurora.
Ces deux districts ont été consacrés en tant que resserves naturelles perpétuelles par l’empereur.
Entre ces deux districts, se trouve le District de Concordia, capitale administrative de l’empire , seul de ces trois districts au sein duquel une occupation humaine permanente est permise.

Le dernier district est constitué de la Préfecture d’Idalia, soit l’appartement de 61 m² qui est aussi la résidence permanente de l’empereur, enclavée au sein du territoire de Sydney.

Le paysage de Concordia

Le paysage d’Aurora  [source]

A l’avenir, l’empire envisage la construction de logements énergétiquement auto suffisants sur le territoire de Concordia.
L’érection d’une Maison du Sénat Impérial, de ministères, d’un musée, d’une salle du trone et de la future résidence de l’empereur sont également en projet.

Dans l’attente, de modestes logements et bâtiments administratifs sont en mesure d’acceuillir des visiteurs durant de courts séjours.
A l’avenir, la Principauté, qui envisage tous ses projets selon les plus hauts standards écologiques, souhaite développer l’éco-tourisme a sein de ses resserves naturelles.
Sur demande, le Bureau de l’Empereur organise d’ailleurs dès à présent des visites guidées sur quelques jours.

 Des photographies de Concordia sont visibles sur le portfolio du photographe Leo Delafontaine.

 

Sa majesté Impériale Goegres de de l'Empire d'Atlantium

Sa majesté Impériale George II de l’Empire d’Atlantium [via]

Atlantium ne se revendique pas en tant que simple micro-nation mais se considère comme un état-aspirant, global, non-territorial, transnational, pan-culturel et « panarchiste ».

George II, qui est très attaché à la nature parlementaire du régime d’Atlantium, fait suivre son titre d’Empereur de la mention « Primus Inter Pares » c’est à dire premier entre ses pairs.

Dans une publication datée de septembre 2011 il a déclaré :

Atlantium est fondée sur la croyance qu’il est inévitable et souhaitable que survienne une union globale, sur les plans sociaux, économiques et politiques, et fonctionne en tant que monarchie parlementaire, séculière, pluraliste, progressiste, sociale et démocratique.
Nous encourageons toute personne qui a le désir et la motivation pour forger son propre destin en tant que vrai citoyen du monde à nous rejoindre en tant que citoyen d’Atlantium

Bibliographie :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *