Renaud reprend le temps béni des colonies

Renaud est l’un des chanteurs préférés des Français, et il le leur rend bien. Cette fois c’est une reprise surprenante du vieux tube de Michel Sardou qu’il nous prépare, et l’on attend ça avec impatience.

Il faut dire que le chanteur connait son pays comme personne et s’est adapté à l’époque avec une facilité déconcertante. En Avril dernier, il déclarait au JDD :  « Je suis sûr que j’ai d’autres lepénistes dans mon public. Cela ne me dérange pas plus que ça, je me demande juste ce que je pourrais faire pour les faire évoluer. »

Je vais peut-être voter pour un François Fillon

Dans la mème interview, il avouait son penchant politique pour François Fillon dans une sortie depuis devenue fameuse : « Je vais peut-être voter pour un François Fillon que je pense être un parfait honnête homme, un vrai républicain. Mélenchon, c’est le gauchisme, l’aventurisme, un idéalisme désuet. Le Pen, c’est la peste brune ».

On se souvient qu’en 1981, Renaud chantait, « Le jour où les cons s’ront plus à droite, y’a p’têtre une chance qu’y vote à gauche, mon beauf », mais 81 c’est loin.

37562857_17fdb45992_z

Certains avaient supposé que Renaud finirait par prendre ses distances avec François Fillon, dont le programme politique n’a cessé de se durcir ses derniers mois, jusqu’à prôner en juin 2015 l’interdiction des manifestations, une mesure par ailleurs appliquée dans notre capitale  la mème période. Mais c’était mal connaitre le chanteur aux longs cheveux gris.

C’est évidemment à des journalistes du Figaro que Renaud a souhaité assurer le candidat à la primaire de la droite et de « Les Républicains » de sa sympathie : «Fillon, c’est un mec bien, honnête, je voterais pour lui s’il gagnait la primaire».

La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture

Nul doute que ces propos iront droit au cœur de François Fillon, au cœur d’une polémique ces derniers jours, suite à ses propos controversés sur la colonisation :
« Non, La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord ».
Toujours taquin, Renaud, qui s’apprête à partir en tournée, a confié à nos journalistes son souhait de commencer chacun de ses prochains concerts par une reprise du Temps béni des colonies de Michel Sardou, en guise de pied de nez aux bien-pensants.

Renaud est tout à fait conscient que l’entendre chanter « Y a pas d’café, pas de coton, pas d’essence, en France, mais des idées, ça on en a  nous on pense », risque de déconcerter une partie de ses plus anciens fans. Mais il faudra qu’ils s’y fassent.

Une nouvelle chanson pour la tournée

D’ailleurs, aucune chance de l’entendre chanter  dans les prochains mois « Hexagone » dans laquelle il déclarait « La France est un pays de flics, à tous les coins de rue y’en a cent. Pour faire régner l’ordre public, ils assas­sinent impu­né­ment ». On imagine mal en effet ces paroles s’enchainer avec « j’ai embrassé un flic », le récent succès du chanteur.

Puisqu’il est décidément d’humeur volubile, Renaud a tenu à confier à notre correspondant qu’il préparait une surprise à ses fans, une nouvelle chanson, écrite spécialement pour la tournée. Il s’agit d’une jolie ballade, vraiment moderne, sur un très beau texte d’Eric Zemmour.

Crédit photo : Alain Bachelier
Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *