Tempête fiscale à Chypre, la Tostaquie se pose en recours

Manifestations à Nicosie contre la répression fiscale.

Manifestations à Nicosie contre la terrible répression fiscale qui s’abat sur l’île.

 

La dégradation soudaine de la situation financière chypriote, et le spectre de la réapparition de la crise en Europe,  semblent avoir pris de cours jusqu’aux plus grands économistes européens, jusqu’aux plus fins limiers de la finance. L’Europe, toute à l’élection du nouveau pape (132 délégations étaient présentes pour la première messe du pape François selon nos confrères du Nouvel Observateur), avait-elle donc mieux à faire que de sauver de la faillite l’un de ses états membres ?

Le résultat est celui que l’on connait : un premier plan d’aide rejeté, un second ficelé à la hâte et avalisé aux forceps, qui risque de faire perdre aux « gros » déposants (plus de 100 000€, une paille !)  jusqu’à 40% de leurs avoirs !!! Ce chiffre est si honteusement spoliateur, si invraisemblablement confiscatoire, que le Conseil des Neuf de Caille, par la voix du co-Prince François II a immédiatement publié un communiqué afin de rassurer la population Tostaque :

Le Conseil des Neufs de Caille condamne fermement la décision de Bruxelles de s’accaparer les richesses d’un état souverain, piétinant ainsi un modèle économique viable, dynamique, florissant, et ce sans proposer d’alternative crédible au peuple chypriote. Nous tenons à rassurer les épargnants Tostaques : aucune pression au monde ne pourra faire renoncer notre jeune et dynamique nation à son modèle économique populaire et novateur, ni à sa fiscalité juste et généreuse.

Nous lançons en outre un appel solennel à tous ceux qui souhaiteraient fuir l’oppression fiscale insupportable qui menace tous les pays d’Europe. Nous souhaitons ouvrir les bras tous ceux qui cherchent un refuge pour leurs économies durement gagnées [NDLR : nous rappelons à nos lecteurs que toute ouverture de compte bancaire en Tostaquie nécessite au préalable une conversion officielle au coturnisme].

La rédaction de Plumes de Cailles rappelle au lecteur étranger que la Tostaquie est dotée d’un dispositif fiscal unique au monde, aussi audacieux que novateur. En effet, guidé par un idéal d’égalité et d’équité, le conseil des Neuf de Caille a purement et simplement supprimé toute imposition des personnes sur leurs revenus. Les entreprises ne sont pas en reste dans notre véritable petit paradis puisqu’elles ne sont imposées qu’à hauteur de 1% de leurs bénéfices nets (le géant de l’industrie pétrolière Total rapporte ainsi plus de 120 millions d’euros chaque année à la Nation tostaque depuis l’installation de son siège à Loué l’année dernière).

 

Vers un afflux des capitaux russes en Tostaquie ?

La Tostaquie…un espoir pour la Russie ?

 

Pour conclure, la rédaction de Plumes de Caille souhaiterait attirer l’attention de ses lecteurs sur la puissance prophétique de notre hymne national. Sans verser dans un mysticisme exacerbé qui ne ferait pas honneur au sérieux et à l’indépendance de notre journal, force est de constater qu’encore une fois, depuis le début, tout est ici :

Nous survolons des villes
Des autoroutes en friche
Diagonales perdues
Et des droites au hazard
Des femmes sans visages
A l’atterissage
Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien

Se dessinent ci-dessus très nettement les atermoiements de l’Europe qui se perd en réunions  stériles au quatre coins du continent. Notre hymne ne s’appelle-t-il d’ailleurs pas « Tostaky (le continent) » ? S’annonce ensuite distinctement la dégradation de la situation en Espagne :

Para la queja mexica
Este sueño de america
Celebremos la aluna
De siempre, ahorita

Et les branleurs traînent dans la rue [manifestations contre l’austérité]
Et ils envoient ça aux étoiles perdues [les étoiles perdues = la perte du triple A]
Encore combien à attendre
Combien à attendre
Combien à attendre
Encore combien à attendre
Tostaky

Pour mémoire, les cérémonies officielles de conversion au coturnisme ont lieu tous les deux mois ; les candidats à l’asile fiscal n’auront donc à attendre que 60 jours au maximum. Le couplet suivant est transparent et condamne sévèrement fonds de pensions rapaces et francs-maçons. Le lecteur avisé notera qu’à aucun moment ne sont mis en cause les juifs, frères de diaspora du peuple tostaque.

Le fond du continent
L’or du nouveau monde
Pyramides jetables
Hommes d’affaires impeccables
Quand la pluie de sagesse
Pourrit sur les trottoirs
Notre mère la terre
Étonne moi

Para la queja mexica
Esta sueño de america
Celebremos la aluna
De siempre, ahorita

Pendre les fantômes
Cortez
Et pourrir à l’ombre
Cortez
De l’Amerique vendue
A des girophares crûs
Pour des nouveaux faisceaux
Pour des nouveaux soleils
Pour des nouveaux rayons
Pour des nouveaux soleils

Aqui para nosotros ( x9 )
Tostaky

Bien reçu
Tous les messages
Ils disent qu’ils ont compris
Qu’il n’y a plus le choix
Que l’esprit qui souffle
Guidera leurs pas
Qu’arrivent les derniers temps où
Nous pourrons parler
Alors soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien
Soyons désinvoltes
N’ayons l’air de rien

Le dernier couplet est d’une clairvoyance fulgurante et annonce avec exactitude la saignée prévue par la Troïka de Bruxelles. Alors oui, citoyens du monde, tostaques de cœur, soyez désinvoltes ! N’ayez l’air de rien ! Rejoignez au plus vite notre beau pays !

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *