Pour la réhabilitation de Philippe Le Ray, député français.

Le député injustement villipendé.

Le député injustement villipendé.

 

Les média, ainsi que toute la blogo-twitosphère de nos voisins français, se sont fait l’écho tout au long de la semaine d’un incident survenu dans leur hémicycle dans la nuit du 8 au 9 octobre. Le député UMP Philippe Le Ray aurait, dit-on, interrompu par des cris de poule sa collègue EELV Véronique Massonneau alors que cette dernière présentait un amendement [NDLR : voilà, chers lecteurs, voilà ce qui arrive lorsque l’on fait l’incompréhensible choix de saborder la conduite d’un Etat avec un « Parlement ». Et qu’est-ce donc qu’un amendement me direz-vous ? La réponse ici. Rendons grâce à la Caille d’avoir épargné à la Tostaquie de semblables fardeaux].

Aussitôt, la députée s’émeut. Ses amis s’offusquent. Les féministes s’étranglent, et c’est bientôt tout le paysage politique de nos voisins qui se retrouve secoué par ce non-événement, chacun étant pressé de se positionner en donnant son avis sur la chose…

Car il s’agit d’un non-événement. Et Plumes de Cailles est en mesure aujourd’hui de rétablir la vérité sur ce prétendu « Clash », comme disent les jeunes, qui n’est au final que fantasme de journaleux en mal de scoops.

Il n’est pas inutile de rappeler à nos lecteurs étrangers qu’en Tostaquie, adresser à autrui quelques cris de Caille est une marque de soutien et d’encouragement, voire d’estime – pratique infiniment plus civilisée que les applaudissements qui, au lieu de nous élever vers la Caille, nous ramènent vers les singes. Or, personne n’ignore que le député Philippe Le Ray se rend très régulièrement en Tostaquie pour affaires…Aurait-il passé un peu trop de temps à Loué dernièrement, au point de se laisser conquérir par cette malicieuse coutume bien de chez nous ? Sans nul doute ! Le seul, l’unique reproche qui peut lui être adressé à ce jour, c’est de s’être trompé d’oiseau lorsqu’il a courageusement souhaité manifester son soutien à une députée d’un parti politique opposé au sien [NDLR : qu’est-ce qu’un parti politique ? La réponse ici].

Est-ce là une raison suffisante pour clouer au pilori un honnête homme, et jeter l’opprobre sur un ami de la Tostaquie ?

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *