La vérité sur la cantonale de Brignoles

Depuis l’étranger, on pouvait s’étonner de voir les médias Français accorder autant d’importance à l’élection cantonale partielle qui s’est tenue ce dimanche à Brignoles. (Var).

En effet, ce scrutin remporté dimanche 13 octobre par Laurent Lopez le Candidat du Front National avec 53,9% des voix a suscité une attention médiatique particulièrement importante chez nos voisins français au regard de son importance politique.

Brignoles, une petite ville d’environ 16.000 habitants, dont le maire actuel est affilié au Parti Communiste Français, n’est pas habituée à un tel déferlement de journalistes.

D’autant que l’élection d’un conseiller général d’extrême droite, au-delà de sa portée symbolique, n’aura strictement aucune conséquence sur la politique du Conseil Général du Var, au sein duquel l’UMP dispose de la majorité à elle seule.

Notre journal ne pouvait laisser ce mystère irrésolu.
Après enquête, plumesdecaille.info est en mesure de vous révéler que le gouvernement français envisage de s’installer dans les prochains mois à Brignoles, qui deviendrait ainsi la capitale de la France.
Une source proche de l’Elysée, qui a souhaité conserver l’anonymat, a ainsi déclaré à nos journalistes :

Personne n’a jamais compris pourquoi Paris était encore la capitale de la France.
Le climat est pourri, la ville est trop grande, il est impossible d’y trouver une place de parking et l’immobilier est hors de prix.

On ferait de sacrées économies d’échelle en regroupant tous les ministères dans un seul bâtiment à l’écart de toute cette agitation.

Et tant qu’à construire un nouveau Palais Présidentiel,  autant le placer dans un coin ensoleillé.

On comprend dès lors la portée symbolique de l’élection de dimanche.
Le vote majoritaire en faveur d’un conseiller général d’extrême droite serait en réalité une manière pour les habitants de manifester leur refus de voir leur ville, jusqu’ici tranquille, devenir une capitale bruyante et embouteillée.

La Tostaquie, qui a elle même fait l’expérience de l’érection d’une capitale en moins d’un an, est particulièrement sensible aux difficultés susceptibles d’être générées par un tel bouleversement.

Il est cependant probable qu’à la suite du scrutin de dimanche, le gouvernement français soit contraint de renoncer à son projet.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>